Accueil

Accueil > Actualités > Législatives 2017 > 1ère Circonscription > Réponse Pauline Vigneron, Front National. Circo1

Réponse Pauline Vigneron, Front National. Circo1

jeudi 8 juin 2017, par FFMC58

Monsieur,
Je tiens à vous remercier, vous et la FFMC de votre sollicitude. Votre questionnaire pose les bonnes questions et la sécurité routière est un vrai sujet de préoccupation pour les Français.

1) Êtes-vous favorable à la suppression des radars automatiques ?
Êtes-vous favorable à la suppression des radars automatiques ?
Si non, voteriez-vous un amendement à la loi de finance imposant qu’au moins 80% des recettes soient réaffectées aux Plans Départementaux d’Actions de Sécurité Routière, afin que les radars ne soient plus la variable d’ajustement permettant de combler les déficits ?

La sécurité routière doit être assurée et encouragée par une politique de juste sanction et de prévention. Mais les radars automatiques ne sont qu’une arnaque fiscale visant à persécuter les automobilistes français, sans pour autant augmenter le budget de la sécurité routière, ni ceux des Plans Départementaux d’Actions de Sécurité Routière, ou encore jouer un réel rôle dans la prévention. Je suis donc pour la suppression des radars automatiques, mise à part dans les lieux réellement accidentogènes ou zones dangereuses.

2) En 2004, la loi de décentralisation a transféré aux départements l’entretien de 18000 km de routes nationales, créant ainsi une inégalité entre les citoyens quant à la sécurité routière, selon s’ils habitent dans un département riche ou pauvre. Qu’en pensez-vous ?

L’état des routes doit être une priorité ! Cette loi, en plus d’alourdir considérablement le budget des départements, contribue à aggraver les dérives et les inégalités entre les usagers de la route.

3) Les usagers de 2 roues motorisés ont l’impression de subir un acharnement des pouvoirs publics, ceux-ci ajoutant perpétuellement de nouvelles contraintes pour décourager la pratique du 2 roues motorisées. Quelle image avez-vous des motocyclistes ?

Les motocyclistes sont des usagers de la route à part entière qui mérites les mêmes considérations que les automobilistes et c’est pour cela que la prise en compte de leur inquiétudes et leurs demandes ne doit plus tarder. C’est pour cela également que nous proposons au Front National, et ce depuis plusieurs années, un module dans l’apprentissage du permis de conduire pour sensibiliser 4 roues et 2 roues à la cohabitation sur les routes.

4) Selon vous, quelles mesures seraient à mettre en place pour faire diminuer le nombre de tués en 2 roues motorisés sur nos routes ?

Plusieurs mesures seraient à appliquer rapidement, par exemple l’abattage des arbres comme les "platanes" qui sont alignés le long des routes et qui sont souvent fatal lors des chocs, et les feuilles sur la route sont extrêmement glissantes à l’automne avec la pluie. Il y a également l’état de la chaussée qui, surtout dans les départements comme le notre avec des budgets restreint, est trop souvent négligée et qui peut être grandement améliorée. En effet les nids de poule et autres sont très accidentogènes. Et pourquoi ne pas prévoir un mécanisme d’allègement des primes d’assurance pour les motards qui investissent dans des équipements de sécurité.

5) La loi de transition énergétique permet aux mairies et aux préfets de mettre en place des interdictions de circulation ciblant les véhicules en fonction de leur âge. Pensez-vous qu’il soit nécessaire de revenir sur cet aspect de la loi mettant en difficulté les plus modestes ?

Il faut retirer cette loi sans plus tarder, elle met à bas encore une fois l’égalité qui devrait être de mise pour tous les Français. Nous n’avons pas tous les moyens de changer de véhicules, et ce n’est pas à nous de payer le prix de cette pollution qui vient en grande partie des usines à charbon allemandes. De plus certains véhicules anciens sont de véritable trésors qu’il faut garder et entretenir comme un patrimoine précieux.

6) Le Conseil National de la Sécurité Routière est une instance consultative regroupant les acteurs de la sécurité routière, présentée comme étant le « parlement de la sécurité routière. » Or, aucune des mesures mise en place récemment n’avait été proposée par ce CNSR, certaines avaient même été rejetées. Qu’en pensez-vous ?

Si le CNSR est présenté comme le "parlement de la sécurité routière" je ne vois pas pourquoi nous ne devrions pas tenir compte de ses avis. Certes il s’agit d’une instance consultative, mais justement, étant donné qu’elle regroupe des acteurs de la sécurité routière plus à même de connaitre le terrain que les technocrates de Bruxelles, cet avis "consultatif" devrait primer.

7) Le gouvernement actuel a transféré à des sociétés privées la circulation des radars embarqués afin d’en améliorer la rentabilité. Trouvez-vous normal que l’Etat délègue ses pouvoirs de police à une société privée, avec tous les abus qui ne manqueront pas de se produire ?

Il n’est absolument pas normal que l’Etat délègue ses compétences en matière de sécurité et de prévention routière à des compagnies privées. En plus de vider davantage le portefeuille des Français (en effet l’Etat n’a même pas cherché à cacher ses objectifs de rentabilité), il n’y a aucune considération d’ordre sécuritaire, alors que ca devrait être le seul critère quant à la répartition et l’utilisation des radars.

8) Tous les ans, la FFMC organise l’opération « Motard d’un jour », consistant à transporter les élus locaux à l’arrière d’une moto, afin de les sensibiliser au manque de prise en compte des 2 roues motorisés lors de conception des aménagements routiers. Si vous êtes élu, souhaiteriez-vous participer à cette opération ?

Je trouve que l’organisation de telles opérations est bénéfique, tant pour les organisateurs, qui peuvent mettre en avant leurs inquiétudes et leurs revendications auprès de leurs élus, que pour les élus eux mêmes qui, pour beaucoup d’entre eux, ne sont plus dans la même réalité que les Français. Pour ma part, si je suis élue je compte bien garder mon encrage territorial afin de rester au plus proche de mes concitoyens. Pour ce qui concerne le tour en moto, je dois vous avouer que j’ai plutôt peur en 2 roues (même en vélo), mais je serai ravi d’affronter cette peur avec vous.

9) Seriez-vous favorables à ce que les recommandations du CEREMA en matière d’aménagements routiers deviennent des normes que les collectivités locales auraient l’obligation de respecter ?

J’y suis favorable, et je ne comprend pas pourquoi ce n’est toujours pas le cas.

10) La grande majorité des décisions prises en matière de sécurité routière relèvent du domaine réglementaire, et non du domaine législatif. De fait, ces décisions qui impactent le quotidien de nos concitoyens sont prises sans que la représentation nationale ne puisse se prononcer dessus. Trouvez vous cela démocratique ?

Cela n’est pas démocratique, il faut en finir avec les lobbys qui ne cherches qui remplir leurs poches en vidant celles de nos concitoyens avec des mesures qui pour la plupart ne servent à rien.

11) Etes-vous plutôt favorable à une diminution des sanctions pour les petites infractions (par exemple sur les excès de vitesse inférieurs à 20 km/h), ou au contraire pour durcir la répression sur les usagers de la route ?

Je suis plutôt favorable à une diminution des sanctions pour les petites infractions, avec par exemple la suppression des retraits de points pour les petits excès de vitesse (jusqu’à 10 km/h) mais en gardant l’amende. La sécurisation des routes ne passe pas par la chasse frénétique aux automobilistes mais par l’amélioration des infrastructures routières et des normes de sécurité dans les véhicules

Fédération Française des Motards en Colère Editions de la FFMC - Moto Magazine Assurance Mutuelle des Motards Association pour la Formation Des Motards FFMC Loisirs Commission Stop-Vol Commission Juridique ERJ2RM Fédération Européenne des Associations Motocyclistes BANNIERE MOUVEMENT
© Copyright FFMC 2015 - Tous droits réservés FFMC 58 : 9 Rue 19 Mars 1962 - 58340 CERCY-LA-TOUR Contact  |   Plan du site  |   Mentions légales
ADMINISTRATION Réalisé avec SPIP logiciel libre sous licence GNU/GPL